Ostéosarcome

Sommaire

 

L'ostéosarcome constitue l'une des formes de cancer primitif des os. Plus fréquent que le chondrosarcome, il peut métastaser et présenter donc moins de chance de guérison.

Comment définir l'ostéosarcome ?

Les ostéosarcomes, car il en existe de plusieurs types, constituent l'une des 2 formes possibles de cancer primitif des os et possèdent des spécificités utiles à connaître.

Caractéristiques de l'ostéosarcome

Les ostéosarcomes sont les cancers des os primitifs les plus fréquents qui ont la particularité de produire du tissu osseux. On peut retenir à leur sujet que :

  • Ils touchent chaque année environ 150 personnes, les trois quarts d'entre elles étant des adolescents ou de jeunes adultes.
  • Cette tumeur osseuse se développe essentiellement :
    • chez les personnes ayant entre 10 et 30 ans ;
    • plus rarement chez les personnes d'âge moyen et les personnes âgées (seulement 10 % après 40 ans).
  • Les hommes sont plus souvent affectés que les femmes.

Bon à savoir : la maladie de Paget favorise légèrement la survenue de ce cancer, mais davantage les irradiations antérieures, les antécédents de rétinoblastomes ou d'autres tumeurs malignes comme un chondrosarcome.

Zones les plus atteintes

Les zones du corps les plus touchées sont :

  • le genou (dans 50 % des cas), c'est-à-dire :
    • soit l'extrémité inférieure du fémur ;
    • soit l'extrémité supérieure du tibia.
  • la hanche (15 %) ;
  • l'épaule (15 %) ;
  • le bassin et les vertèbres (10 %) ;
  • le crâne et la mâchoire (3 %).

À noter : de façon tout à fait exceptionnelle, certains ostéosarcomes peuvent affecter les reins, le cœur, voire les seins.

Symptômes et évolutions possibles

Les symptômes des ostéosarcomes sont identiques aux symptômes des cancers des os classiques :

  • des douleurs osseuses persistantes et progressivement croissantes (et non soulagées par des antalgiques) ;
  • une masse palpable dans la zone concernée ou une fracture.

Comme la majorité des cancers malins, les ostéosarcomes peuvent métastaser :

  • Cela arrive dans 20 % des cas.
  • Les zones les plus concernées par les métastases sont les poumons (cancer du poumon métastasé), les os et parfois le cerveau, le foie et les ganglions lymphatiques.

Bon à savoir : dans 15 % des cas, lorsque le diagnostic d'ostéosarcome est posé, des métastases pulmonaires sont déjà présentes.

Différents types d'ostéosarcomes

Il existe différents types d'ostéosarcomes :

  • L'ostéosarcome parostéal (ou ostéosarcome juxtacortical) ne représente que 4 % de tous les ostéosarcomes :
    • Il s'agit d'un cancer de bas grade (aux limites nettes), selon la classification des stades, qui se développe à la surface de l'os, ce qui explique qu'il s'agisse d'un cancer des os au pronostic plutôt favorable.
    • Il touche majoritairement :
      • le fémur (60 %) ;
      • dans une moindre mesure le tibia (24 %) et l'humérus (12 %).
    • Cet ostéosarcome s'accompagne dans 30 % des cas d'une réaction périostée (en cas d'atteinte de l'os cortical, le périoste réagit en produisant des lamelles osseuses).
  • L'ostéosarcome périosté (ou pariostéral) est un cancer des os de grade intermédiaire qui se développe à la surface des os dont il n'atteint jamais le centre (la moelle) :
    • Il représente environ 3 % des ostéosarcomes.
    • Il touche essentiellement :
      • les os longs (en particulier le tibia et le fémur) ;
      • plus rarement des os plats (côtes, mandibule, clavicule).
    • Il ne s'accompagne d'aucune réaction périostée.
    • Il est de meilleur pronostic que l’ostéosarcome classique, mais :
      • les récidives sont plus nombreuses (près de 50 %, certaines étant très tardives) ;
      • on retrouve jusqu’à 15 % de métastases.
  • L'ostéosarcome de surface, ou ostéosarcome périphérique, est une tumeur osseuse de haut grade. Il se développe à partir de :
    • la partie médiane de l'os (la diaphyse) ;
    • la face profonde du périoste.
  • L'ostéosarcome à petites cellules est un cancer des os proche du sarcome d'Ewing.
  • L'ostéosarcome de Paget, quant à lui, ne touche que 1 % des personnes souffrant de la maladie de Paget.

Traitement des ostéosarcomes

Comme pour le traitement des autres cancers des os, celui des ostéosarcomes se compose :

  • d'une chimiothérapie 3 mois avant une chirurgie, puis 3 à 6 mois après ;
  • de la chirurgie la plus conservatrice possible (sans amputation) avec une marge d'un centimètre autour de la tumeur ;
  • de la mise en place d'une prothèse sur mesure ;
  • d'une radiothérapie pour les formes qui ne peuvent pas être opérées ou parfois combinée à la première chimiothérapie.

On observe des récidives locales dans moins de 5 % des cas.

Bon à savoir : si le pronostic est généralement bon (environ 70 %), il l'est beaucoup moins si le cancer a déjà métastasé (30 %).

Aussi dans la rubrique :

Comprendre le cancer des os

Sommaire

Ces pros peuvent vous aider